Yves Brayer (1907-1990) fut l'un des plus importants peintres figuratifs du XXe siècle. Membre de l'académie des Beaux-Arts, il fut Conservateur du musée Marmotan à Paris.

Yves Brayer fit partie des peintres qui, durant l'entre-deux guerres, éprouvèrent la nécessité de s'attacher à la réalité qui les entourait. Ceux-ci rejetant, sans pour autant les ignorer, les mouvements picturaux de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle, se voulaient davantage, tel le groupe de la Réalité Poétique, les disciples de Vuillard et de Bonnard, ou se comptaient parmi les admirateurs de Courbet.

Démobilisé à Montauban, Yves Brayer s'installe à Cordes en 1940. Réunissant autour de lui des artistes qu'il avait fréquentés à la Villa Médicis, à Rome, les sculpteurs Bouquillon et Bizette-Lindet, ainsi que des écrivains, des poètes et des architectes, il forme une communauté d'artistes qui fait parler d'elle : "l'Académie de Cordes". La presse s'en fait l'écho et l'image de Cordes, "cité d'artistes" se dessine bientôt.

Brayer fera l'acquisition d'une maison à Cordes et s'y mariera. Il reviendra tous les automnes dans son atelier cordais.

Peintre gourmand de paysages, avide de lumière, il découvrira plus tard la Provence, qui modifiera sensiblement les couleurs de sa palette. Ses voyages en Espagne, - si chère à son cœur de peintre débutant - , puis au Portugal, en Iran, Israël, Egypte, Grèce, Russie, Californie, Mexique, Japon... lui inspireront des compositions denses et équilibrées, fenêtres ouvertes sur le monde qui répondent à son insatiable curiosité.

Brayer fut curieux de toutes les techniques et de tous les genres : huiles, aquarelles, gravures, lithographies, monotypes, illustrations d'ouvrages, décors de théâtre, cartons de tapisserie...

Cordes doit à Brayer la décoration de la chapelle de l'ancien hôpital Saint-Jacques : fresques murales, Christ douloureux, vitrail, statue de la Vierge.

Il fit plusieurs dons successifs à la Mairie de Cordes sur Ciel, en 1976, 2000 et 2003.